jeudi 24 septembre 2015

Formation Aquafadas conventionnée


Aquafadas est la solution standard utilisée pour l'édition de périodiques pour périphériques mobiles et Web, avec dispositifs d'abonnement. Si vous êtes également graphiste, designer, photographe ou auteur et que vous êtes affilié AGESSA ou Maison des artistes, l'AFDAS vient de conventionner une formation dédiée à Aquafadas.

Cette formation continue, pour les auteurs, se déroule chez Appaxdesigns, place de la République, à Paris. Pour en savoir plus et vous inscrire aux prochaines sessions, suivez ce lien :
https://www.afdas.com/...


Formation Pandasuite conventionnée

Vous êtes graphiste, webdesigner, auteur, photographe ou développeur, et vous cherchez une formation continue conventionnée AFDAS. Excellente nouvelle pour vous, l'AFDAS vient de conventionner la première formation richmédia axée autour de la technologie Pandasuite.

PandaSuite, comme étayé sur ce blog, est l'équivalent en mieux de Flash Pro. Aussi puissant en terme d'interactivité, il compile des applications mobiles natives, et sans coder ! ! ! C'est un outil époustouflant adapté à la communication impactante sur tablette et Web.

La formation continue se déroule chez Appaxdesigns, place de la Réublique, à Paris. Elle est donc prise en charge si vous êtes auteur affilié AGESSA ou MDA. La prochaine session se tiendra fin janvier.

Pour en savoir plus et vous inscrire dès maintenant, suivez ce lien :
https://www.afdas.com/...


mercredi 16 septembre 2015

L'école et le numérique


Le rapport d'état sur les effets du numérique dans l'éducation vient de témoigner de piètres résultats. Le numérique ne permettrait pas de garantir de meilleurs résultats que les outils traditionnels.

Et oui, ne le dit-on pas assez sur ce blog et ceux de mes confrères ? Ce n'est pas le format qui compte mais ce que l'on met dedans ! Un rapport qui tombe à point nommé pour un gouvernement qui cherche à cropper dans les budgets en tous les cas.

Se dire réformateur et moderne, et enterrer un dossier de manière intéressée par une volontaire incompétence, c'est hélàs un syndrome qui pullule encore trop dans nos institutions.

Pour en savoir plus :
http://www.education.gouv.fr/cid92876/rapport-pisa-de-l-ocde-sur-l-equipement-et-les-competences-numeriques-des-eleves.html

jeudi 10 septembre 2015

3Dtouch : nouveau rollover


Comment faire du neuf avec du vieux ? Apple est expert en la matière. Voici 3DTouch, une révolution dans le design émotionnel qui ressemble à un usage pourtant depuis longtemps ancré dans la culture Web.

Dans cet article de fin 2014, je présentais déjà iPress, le réinventeur du rollover pour tablette. En maintenant le doigt longtemps appuyé, un contenu contextuel apparaissait : un menu déroulant, un popup ou tout autre contenu adapté au contexte du geste. Une manière délicate d'introduire un usage initialement inadapté aux écrans tactiles que ne pouvait supporter jadis que le rollover sur les ordinateurs.

3Dtouch reprend pour ainsi dire le même mécanisme que celui lancé par iPress, éditeur de solution digitale. Le nouvel iOS d'Apple propose des actions contextuelles dès lors que la pression du doigt reste prolongée.

A nouveau donc, rien de neuf sous le capot. Juste une utilisation évidente d'une fonctionnalité que l'on regrette ne pas avoir eu plus tôt dans toutes les solutions digitales puisqu'elle était disponible en développement. Il suffisait de mesurer le labs de temps entre deux actions touch. Mais Apple a choisi d'introduire un mécanisme physique dans le périphérique qui simule le Tap à partir d'un appui prolongé. Une manière d'éviter de redévelopper tout l'OS et de limiter cette nouveauté aux nouveaux appareils.

Une bonne avancée tout de même puisqu'elle renforce l'affordance de vos interfaces et le côté UX (design émotionnel) de vos productions. Mais attention, si on reste tenté de penser que les rollovers que l'on s'était efforcés d'abandonner dans le design des interfaces web mobiles peuvent donc de nouveau être progressivement réintroduits, cette mécanique de l'appui prolongé ne demeure reconnue qu'avec un nombre limité de plateformes tactiles. Utilisez-le donc plus dans une app que dans un service Web.

iPad Pro


Apple lance l'iPad Pro.

J'évoquais il y a un an, dans cet article, la désuétude croissante d'une tablette iPad de taille standard de plus en plus remplacée par les phablettes. Non seulement du point de vue du format trop proche de la phablette, mais aussi parce que ce sont les smartphones qui remportent le meilleur rebond de ventes. Il fallait donc faire grandir l'iPad pour ne pas le laisser disparaître, quitte à rogner sur les ordinateurs mobiles.

En l'orientant vers un usage plus professionnel, on permet aussi de masquer l'échec d'un périphérique initialement conçu pour un usage domestique de consommation de contenus (de presse et d'édition). Et oui, les pourvoyeurs de contenu n'ont pas pu suivre les coûts importants des investissements induits pour enrichir leurs parutions à destination d'un segment de consommateurs trop réduit (licences des solutions digitales, renforcement des équipes de créatifs, communication sur les spécificités des parutions numériques). Seules quelques marques de luxe se permettent d'étendre leur communication vers ce support, juste pour le fun. Il fallait, et c'est judicieux, positionner désormais l'iPad comme une solution pro, là où un véritable service offre un retour sur investissement par l'économie d'échelle ou de main d'oeuvre qu'il induit. Si la presse limite désormais ses investissements sur les tablettes au profit des smartphones (voir cet autre article), les grandes entreprises, elles, en revanche, ont besoin d'un support adapté à leur communication interne (e-learning, présentations commerciales, applications de service, présentation sur lieu de vente).

Le plus de l'iPad Pro est aussi dans l'arrivée de l'accessoire Pencil qui en fait une tablette Wacom intégrée. Un bel outil pour les graphistes. Reste à mesurer, cela dit, la réactivité du stylet face à celui d'une véritable Wacom.

On soulignera aussi la présence d'une connectique prévue pour la création d'accessoires de pilotage du pérphérique. Idéal pour son intégration dans un mobilier urbain, un musée, un lieu de vente.

Le nouvel iPad n'invente donc pas grand chose, mais il affirme les usages. Désormais, la tablette est bel et bien un outil BtoB.