lundi 7 mars 2011

La réalité augmentée révolutionne les rapports sociaux


Connaissez-vous l'application de réalité augmentée "WordLens" pour iPhone ? Cette application permet de traduire dynamiquement un texte vu, à travers la caméra d’un iPhone, sans enregistrement d’image, et en remplaçant directement le texte dans son contexte d'origine par un texte traduit. Incroyable non ? Je cadre un panneau de signalisation dans un pays étranger avec mon iPhone et zou, le texte est traduit en français, comme s'il avait été gommé et remplacé dans Photoshop, à travers mon viseur.

Comment cela est-il possible ? Tout d'abord, l'application analyse l'image capturée. Puis, en fonction de ce que renvoie l'image, un comportement lui est associé en retour. En l'occurrence, un système de reconnaissance de caractères est utilisé, pour traduire, de façon presque ordinaire, le texte reconnu.

Ce qui est nouveau, c'est la faculté de traiter une information directement sur le terrain, et non plus seulement dans un espace localisé et maîtrisé par l’annonceur, comme un site Web par exemple. L’application a une vocation libre et autonome qui nous libère du réseau habituel de communication.

D'autres applications de réalité augmentée, qui orientent (ou désorientent) notre manière de consommer, voient également le jour, au grand dame des grandes marques. Citons ShopWise ou HopeScore dont la fonction est principalement d'afficher l'éthique d'une marque lorsque vous passez le code barre du produit ou l'identifiez par reconnaissance visuelle (vu également dans l'émission Capital sur M6, le 06/03/2011).

Devant la déferlante de ces nouveautés Web 3.0., nous ne serons pas étonnés de voir l'émergence de nouveaux comportements sociaux dans les années à venir, qui viendront troubler nos usages actuels, pour lesquels la réalité sensible n'aura que peu d’emprise.

En observant la profusion actuelle de l'information (pubs, médias, affichages, Internet, télévision), l'information n'est en effet plus vraiment lisible tant elle est abondante et contradictoire (logique Web 2.0). A cela, une couche de réalité virtuelle, comme en témoignent ces applications, émerge et nous aide à filtrer uniquement ce qui nous intéresse (logique Web 3.0), conformément à notre éthique personnelle. Et ce, quelle que soit par ailleurs la volonté des marques, du politique ou de tout autre système, dont le seul pouvoir se limitera à encourager l'utilisation de telle ou telle application.

Il serait peut-être un peu présomptueux de parler de révolution. Mais, au moins une évolution Web 3.0 (orientée service), en tous les cas, est en marche. Amis concepteurs, à vos tablettes ; )

jeudi 3 mars 2011

L'Ipad, c'est 0,37% du Web.



Selon le journal du net, les utilisateurs francophones de l'iPad (440000 utilisateurs en février 2011) ne représentent que 0,37% des visites de sites Web, en France !

http://www.journaldunet.com/ebusiness/internet-mobile/ipad-en-france/ventes-en-france.shtml

Une considération qui a son importance quand on sait que de nombreuses conceptions de sites se fondent sur un succès spéculatif de l'iPad. Si vous souhaitez développer pour l'iPad, pensez plutôt à une application développée dans une technologie applicative native. Vous valoriserez réellement le support autant par les performances que par l'innovation (multipoint, gesture, géolocalisation, accélération, etc).

Web 1, Web 2, Web 3...

Le Web 1.0 était la multiplication des contenus sur l'Internet avec peu de relation entre eux.


Le Web 2.0 est le développement des réseaux communautaires qui a favorisé la multiplication et l'automatisation des échanges sur la toile au point de rendre parfois peu lisibles certains sites communautaires.


Le Web 3.0 définit le besoin d'organiser toutes ces informations sémantiquement, d'organiser la gestion des contenus à partir d'une intelligence éditoriale. Il s'agit d'apporter à l'internaute "perdu" un service, une personnalisation, qui redonne de la clarté et du sens aux contenus selon son profil.


La conception d'un projet Web implique le choix d'un de ces modèles de communication. Certaines technologies sont plus adaptées à certains types d'organisation. Le HTML et les animations Flash de première génération (AS1 et AS2) étaient adaptées au Web 1. Le HTML5 et Ajax (PHP/Javascript/MySQL) sont adaptées au Web 2 car ces technologies permettent de favoriser l'accessibilité et les échanges. Pour le Web 3.0, les technologies applicatives sont nécessaires, telles que Java, ActionScript 3, C# ou Objective-C.