vendredi 11 novembre 2011

Choisir un Reflex numérique pour la vidéo



Avant d’acquérir un appareil photo vidéo compatible avec la création vidéo, voici ce qu’il faut savoir pour déterminer votre choix :

Compression 4.0.0 :
Si les photos capturées dans un Reflex numérique peuvent ne pas subir de compression lorsque nous les enregistrons au format RAW, ce n’est pas le cas du signal vidéo. La vidéo capturée au sein d'un appareil reflex subit, elle, une compression forte de type 4.0.0, même encodée en H264. Les pixels de l’image enregistrée ne possèdent donc pas toutes les informations colorimétriques requises pour une post-production incluant l’ajout de trucages numériques ou des retouches colorimétriques fortes. La compression H264 destructive convient largement cela dit pour une exploitation vers le Web ou la télévision HD. Le débit de compression moyen pour un Canon 5DMarkII est de 44Mbps, soit dix à vingt fois supérieur à la qualité nécessaire pour du Web. Pour comprendre l'effet d'un rééchantillnnage, on peut comparer la compression H264 à une bonne compression Jpeg. La retouche d’une image Jpeg déjà compressée, comme une vidéo codée en H264, peut ainsi, de la même manière, générer des artefacts. Pour une post-production haut de gamme, préférez une captation vidéo avec un capteur vidéo professionnel, disponible dans une vraie caméra vidéo.

Le rolling shutter :
Le rolling shutter, c’est la déformation des fuyantes d’un objet en perspective lorsque la caméra est en mouvement. Ce phénomène apparaît sur les capteurs Reflex qui possèdent un capteur CMOS. Il n’apparaît pas sur les capteurs vidéo des vraies caméras. Pour le contourner, évitez les mouvements brusques sur les volumes en perspective, surtout à partir de grandes focales.

Travailler en mode manuel :
Compte tenu des bruits sonores qu’introduisent l’auto-focus, la bague de zoom et toute sorte de manipulation automatisée, pour capter une vidéo sonore sans risquer de corrompre le son, vous devez travailler en mode manuel, et donc, maîtriser les principes de base de la photographie :

- gestion de l’ouverture du diaphragme. Une faible ouverture (22) introduit une grande profondeur de champ, tandis qu’une grande ouverture (2.8) limite la netteté à un point précis. L'ouverture idéale demeure en théorie la plus neutre, soit 11, car les valeurs limites des deux extrémités peuvent altérer toutefois la texture de l'image. Plus la lumière entre dans l'objectif et sur le capteur, en effet, plus les blancs seront saturés et, par définition, l'image contrastée.

- balance des blancs pour contrôler la température de l’image. Monter la température en extérieur (6500°K) pour compenser la lumière froide par un peu plus de jaune et la réduire en intérieur (3200°K) pour compenser la lumière jaune par un peu plus de bleu. Attention aux tubes fluos (tubes dits néons, à tord) dont la lumière est verte. Compenser par une gélatine violette et une température intermédiaire.

- vitesse d’obturation. Une vitesse lente introduit une image légèrement à très floutée, qui adoucit les mouvements en vidéo. Une vitesse rapide durcit le trait et permet de créer des effets de ralentit intéressants en post-production, et d’extraire des images nettes de la vidéo.

Les capteurs full frame ou APS-C :
Un capteur full frame est un capteur 24X36mm semblable au format pellicule argentique traditionnel. Il permet de restituer la même limitation de profondeur de champ qu’une image argentique et offre un angle de vision plus large pour vos focales. Le choix d’un reflex full frame convient à ceux qui aiment réduire la netteté à un point précis de l’image en laissant le reste flou (selon l’exposition) et à ceux qui apprécient également les images en grand angle. Les capteurs de taille réduite, utilisés dans les appareils Reflex d’entrée de gamme, obtiennent des images d’un aspect plus clinique, sans profondeur de champ ou peu, et les optiques disponibles favorisent une vision en téléobjectif. Un objectif grand angle de type 28mm en full frame ne vaut plus que 45mm avec un petit capteur. Le rapport de conversion full frame / APS-C est de 1,6.

PLEIN FORMAT
APS-C CANON
APS-C NIKON, SONY, PENTAX
10 mm
16 mm
15 mm
18 mm
29 mm
27 mm
28 mm
45 mm
42 mm
35 mm
56 mm
52 mm
55 mm
88 mm
82 mm
70 mm
112 mm
105 mm
85 mm
136 mm
127 mm
100 mm
160 mm
150 mm
200 mm
320 mm
300 mm
300 mm
480 mm
450 mm
400 mm
640 mm
600 mm

La cadence d’enregistrement vidéo (ips) :
La cadence, ou nombre d’image par seconde, est déterminante si vous enregistrez en lumière artificielle. Elle doit être callée sur la cadence électrique de la lumière utilisée sur le lieu du tournage afin de ne pas provoquer d’effet de moirage ou de balayage. Ainsi, si vous capturez aux USA, même pour une diffusion en France, enregistrez à 30ips. Si vous capturez en France, même pour une diffusion aux USA, enregistrez à 25ips. Vous convertirez ensuite à la cadence souhaitée en fonction du canal de diffusion, 25ips en Europe, 30ips aux USA et à la cadence de votre choix pour le Web. Des adaptateurs électriques permettent également de convertir le courant alternatif en courant continu et ainsi palier de facto au problème de balayage.

Images pleines :
Une vidéo full HD ne contient pas de trame. Vous capturez par conséquent en images pleines (progressives), soit en 1080p.

Plans courts :
Le capteur CMOS qui surchauffe en mode vidéo, la faible autonomie des Reflex, la capacité limite des cartes Flash, imposent une captation de courte durée. Pas plus de 12mn de roughs par prise. Ne pas hésiter à repasser régulièrement en mode photo pour refroidir le capteur.

L’aliasing ou moirage :
Une trame peut apparaître lors de l’enregistrement d’une image en 1920x1080 lorsque le capteur est surdimensionné. Le capteur doit en effet supprimer arbitrairement des pixels pour convertir une image de 16 à 21Mo en image full HD à seulement 2Mo. Ce procédé peut faire apparaître un moirage dans les dégradés. Pour compenser, vous pouvez utiliser des filtres adoucissant mais au risque d’altérer la netteté de l’image. Seul un vrai capteur vidéo contournera ce problème. Evitez les dégradés.

Stabiliser l’appareil pendant la prise de vue :
Un reflex est un appareil léger. Pour une image stable, déployez tous les artifices possibles pour la stabiliser (poids, tension de la lanière, pieds).

Gestion du diaphragme pendant la prise :
Un reflex modifie l’ouverture du diaphragme par à-coups secs. Cela se voit dans une captation vidéo. Préférez un diaphragme fixe, dont une lumière homogène ou utilisez des filtres neutres rotatifs (Vari-ND ou Fader-ND)) qui permettront de modifier la luminosité sans avoir à modifier l’ouverture du diaphragme. Quelques modèles proposent cela dit en option des diaphragmes progressifs, plus adaptés à la prise de vue vidéo, mais également plus onéreux.

Réglages de l’appareil (picture profile) :
Après vos premiers tests, pensez à réduire la netteté et le contraste dans les réglages de l’appareil afin d’offrir une plus grande latitude de réglages en post-production.

Stockage, archivage :
Une fois votre vidéo montée dans votre logiciel favori, exportez un master en qualité 4.2.2 pour archivage et supprimez vos roughs. Vous repartirez de ce master pour chaque nouvelle publication : Web, TV, DVD, etc.

Logiciels :
La suite Apple condamne désormais les utilisateurs professionnels. La suite Adobe qui a grandement amélioré le moteur de Premiere depuis quelques années offre désormais une gestion plus viable du montage vidéo. L’insertion d’images-clé de navigation dans votre plan de montage permettra en outre de personnaliser l’emplacement des images pleines pour une lecture de la vidéo depuis un environnement interactif développé en Flash.

Quel appareil choisir ?
Pour un usage pro sans perte de qualité, privilégiez une vraie caméra vidéo.
Pour réaliser des vidéos de qualité, mais ne requérant pas une importante post-production, tout en privilégiant le rendu visuel des images traditionnelles argentiques, privilégiez les Reflex full frame.
Pour réaliser des montages simples, avec un type d’image plus froid et en focale plus serrée, contentez-vous d’un reflex à capteur APS-C, plus petits.


Ces informations ont été recueillies par votre serviteur, au SATIS 2011, Halle Freyssinet, Paris XIIIème.

Pour choisir un modèle de Reflex vidéo, lisez également l'article suivant :


4 commentaires:

  1. Bonjour, juste une petit truc :

    "Le débit de compression moyen pour un Canon 5DMarkII est de 44kbps", ça fait pas beaucoup 44kbps... c'est pas plutôt 44Mbps ?

    Merci pour l'article !

    RépondreSupprimer
  2. En effet. Voilà qui est corrigé. Merci à vous.

    RépondreSupprimer
  3. Le Reflex le mieux placé jusqu'à lors pour de la vidéo était le Canon 5D Mark II. Un nouveau modèle vient d'âtre lancé par Canon, plus adapté encore pour la vidéo, avec des corrections de bogues (chauffe du capteur notamment), une compression en images pleines, plus silencieux, et des réglages audio avancés. Pour en savoir plus :
    http://www.cnetfrance.fr/news/canon-devoile-le-5d-mark-iii-39769159.htm
    et :
    http://www.canon.fr/For%5FHome/Product%5FFinder/Cameras/Digital%5FSLR/EOS%5F5D%5FMark%5FIII/

    RépondreSupprimer
  4. Les nouveaux reflex vidéo PROS sont arrivés en ce printemps 2012 : Le Canon 5D Mark 3 et le Nikon D800.

    http://www.fnac.com/Canon-Eos-5D-Mark-III-Nikon-D800-le-choc-des-titans/cp15677/w-4

    RépondreSupprimer